Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dégueulasse de s’en mettre plein les fouilles au frais de la princesse.

Ne sois pas trop dure avec les politiques. Ce n’est qu’un petit million. Mets-toi à leur place : ils traitent avec moi qui gagne mille fois plus qu’eux. Ils en deviennent envieux. Ils voient le pot de confiture sur la table et on leur dit de ne pas y toucher. Au début, ils n’y touchent pas, ils hésitent. Et puis ils finissent par mettre le doigt dedans. Au fond, ça prouve leur humanité, leur simplicité.

Je trouve cela immature, sans conscience politique, sans force de caractère.

Des grands mots pour des petites personnes. Ce sont avant tout des carriéristes, frustrés de ne pas gagner plus et qui nous mangent dans la main :

« s’il vous plaît, faites baisser la courbe du chômage. Vous voulez Notre Dame des Landes ? Accordé. Vous voulez la peau à Nuit Debout ? Accordé ! Quoi ? Vous voulez que je baisse mon froc aussi ? C’est raide. Je suis ministre quand même. Et si je ferme les yeux sur les normes sanitaires ? Et si je vous laisse mettre sur le marché vos médocs pourris ? Quoi encore ? Une usine chimique à 400 mètres d’une école. A la limite ça on s’en fout, allez-y en catimini, c’est du local ! »

Merci de ta participation Ministre, maintenant tu dégages.

Alors, tu vois ?

Oui je vois le tableau. Pourtant, il doit bien exister des politiciens engagés et honnêtes…

Bien sûr qu’on peut en trouver. Tiens par exemple, il y a Untel dans la circonscription de Machin ! Voyez son exemple, voyez sa probité, voyez son œuvre ! Oyez braves gens, un mec qui fait son boulot, y’a de quoi tomber à la renverse tellement c’est beau.

Tu dénigres les meilleurs d’entre eux, ça me dégoûte.

Soit dégoûtée, soit indignée : ton indignation ne m’arrêtera pas en si bon chemin. Mes appétits sont immenses et j’ai des projets pour l’avenir.

Tu le vois comment l’avenir ?

L’année prochaine, je passerai de 63,5 à 69,2

Je ne te parle pas de cet avenir-là, mais de l’avenir en général…

Ah, celui-là. Ah bah forcément, ça va polluer un peu plus. On fait pas d’omelette sans casser d’œufs. Je vais continuer sur ma lancée, tranquillement. L’eau, l’air, la terre et tout le tintouin, ce sera un peu plus crade, c’est sûr.

Il y a une chose que je ne comprends pas : la pollution ne va pas s’arrêter aux murs de ta propriété.

Je sais, je sais. Mon problème c’est que je n’arrive pas à me réguler. C’est plus fort que moi. Je dois m’empiffrer. C’est compulsif si tu veux. Je ne sais faire que ça et je fais ce que je sais faire. C’est comme si j’étais programmé pour faire du fric, encore du fric, toujours plus de fric. Si je m’arrête, j’ai l’impression que je vais crever. Le plus souvent, les gens pensent que nous occupons des postes prestigieux parce que nous sommes des requins très intelligents ; en réalité, nous ne sommes que des requins. Des requins d’un nouveau genre, capables de s’empiffrer à l’infini. Nous bluffons, nous nous donnons des airs. Je te dis pas les conversations à table, sortis des affaires, ça rase la nappe en soie. Je suis loin d’être un philosophe. Si les gens nous voyaient dans notre intimité, ils se rendraient compte…

Compte de quoi ? Que vous êtes des grosses taches ?

S’il en allait autrement, le monde irait mieux, non ?

Je vois. Et tu leur dis quoi à tes enfants le soir ?

Je leur dis que papa donne du travail aux gens, que papa les fait vivre.

Une façon de voir. Et quand les enfants grandissent et qu’ils commencent à comprendre ?

Quand ils grandissent, les enfants ne sont plus des enfants. C’est fou ce qu’on comprend vite les bienfaits des privilèges. Faut les voir, sur la banquette arrière, quand on double tout le monde sur l’autoroute dans notre char d’assaut, ils sont heureux ! Les gamins tu sais, c’est pas la morale qui les étouffe.

Heureux de doubler tout le monde ? J’ai du mal à le croire. Je crois qu’un enfant a surtout besoin d’amour et d’attention.

Et moi je suis trop riche pour aimer mes enfants ? C’est ce que tu penses ? Un enfant de pauvre vaut zéro sur la feuille d’impôt. Les miens me rapportent 100000 chaque année. Est-ce que ça donne pas envie d’aimer son enfant ça Madame ?

Au moins, tu ne seras pas du genre à te planquer derrière tes enfants quand il y aura du grabuge.

Quel grabuge ?

Eh bien, qui dit privilèges dit monarchie ou quelque chose dans le genre. Tu sais ce qui est arrivé au dernier roi de France ?

Vas-y mets moi sur ce terrain ! J’ai mes arguments tout prêts. La Révolution Française a engendré une horde d’assassins qui a massacré des innocents et s’est soldée par un désastre avec l’arrivée au pouvoir d’un dictateur sanguinaire.

Et la République…

Des charrettes d’hommes et de femmes à décapiter.

La fin des privilèges…

Un petit prince a-ssa-ssi-né !

La victoire du peuple sur l’oppression…

Terreur et bain de sang.

La Marseillaise… ?

Une chanson anti-humanisme.

Les lois, l’assemblée, le parlement pour la première fois…

La cacophonie, le désordre !

La fierté d’une nation, d’un pays ?

La guerre civile.

La liberté du peuple de décider de…

C’est le retour de Napoléon que tu veux ?

Pas forcément…

Arrête ou je m’en vais.

OK.

Aujourd’hui, pour exprimer ton opinion tu as la manifestation.

Et je me retrouve devant Monsieur Matraque et Madame Justice.

Pas si tu défiles en silence et en fermant ta gueule. Ah tu rigoles, mais une bonne grosse mobilisation générale, ça pourrait me déstabiliser. Je ne te dis pas que ça m’empêcherais de dormir, mais… ça peut me faire réfléchir au moins 2 secondes.

Je vois, plus la peine d’aller crapahuter dehors par tous les temps si ça ne sert à rien.

Eh oui, que veux-tu, vous êtes nombreux, c’est ça qu’est chiant ; faut mettre tout le monde d’accord. Nous au contraire, nous ne sommes pas nombreux. Nous ne sommes pas légion. Nous ne sommes pas anonymes. Nous ne portons pas de masques. Et pourtant on vous tient comme des poissons dans un sac. Cherchez l’erreur.

Tag(s) : #inconscient collectif, #ombre, #Jung, #âme occidentale

Partager cet article

Repost 0